Annuaire et guide de voyage

Reunion
English Français Deutsch Nederlands Italiano Español

Reunion > Informations touristiques > Guide de voyage > Cirque de Mafate: îlets et histoire

Le cirque de Mafate (suite) 

 

Un peu d’histoire 

Le mot Mafate proviendrait du malgache qui signifierait « celui qui tue ». C’est le nom d’un chef d’une bande de Marrons, cad des esclaves en fuite, qui s’étaient réfugiés dans le cirque et s’y étaient implantés avant d’être pourchassés par les chasseurs d’esclaves engagés par leurs anciens maîtres.

Le qualificatif « marrons » donnés aux esclaves en fuite viendrait de l’espagnol « cimarrón » signifiant sauvage.

    

Ensuite, à la fin du 18e siècle, le cirque a été peuplé de quelques colons et, notamment, ceux que l’on appellent, à La Réunion, les « Petits Blancs », cad de nombreux Blancs désargentés - privés de terres fertiles en raison du développement démographique, des règles successorales et de l’abolition de l’esclavage -, dont beaucoup ont préféré s’installer dans le hauts et parfois dans les cirques de l’île.


Le peuplement du cirque s’est ensuite poursuivi sous la forme d’une colonisation  « sauvage»  qui s’est heurté à l’opposition des autorités.

     Mafate                                              © CTR/Reynaud

Ce n’est qu’au milieu du 20e siècle que l’attitude des autorités de l’île a changé et que le sort des habitants du cirque a pu s’améliorer. Et à partir des années 1980, la modernité pénètre progressivement dans le cirque. Le tourisme a pu y ralentir l’exode des jeunes.

 

Des trois cirques de l’île de La Réunion, Mafate est de loin le moins peuplé (+/- 800 habitants). 

 

Voyez aussi:  Mafate, accès et points de vue , Photos du Cirque de Mafate
 

Les îlets  

Sur le plan administratif, le cirque de Mafate est particulier dans la mesure où toute la partie à droite de la rivière des Galets (la Nouvelle, Aurère, Grand-Place, îlet à Bourse, îlet à Malheur ainsi que la Plaine aux sables) dépend de La Possession alors que l’autre (Marla, Roche-Plate, Ilet-des-Orangers) est rattachée à Saint-Paul. Les habitants de là-haut effectuent leurs démarches et courses à Cilaos pour ce qui concerne Marla et à Salazie pour les habitants de La Nouvelle.

 

Du sud au nord, les îlets, dont la plupart disposent de gîtes, sont les suivants :

--  Marla, le plus élevé des îlets (1.620 m. d’altitude), est relativement développé. Marla signifierait « beaucoup de gens » en malgache. Situé au pied du col du Taïbit, sur le sentier vers Cilaos, il est le carrefour des sentiers de grande randonné R1 (vers La Nouvelle) et R2 (vers Roche Plate).

 

-- La Nouvelle est l’îlet le plus actif du cirque et celui qui offre le plus de possibilités de logement et de restauration. Il est dès lors souvent jugé aussi le moins « authentique ». Situé sur un plateau à 1.421 m. d’altitude, il jouxte la Plaine des Tamarins. Hormis les sentiers de randonnée, il est accessible par hélicoptère.

 

-- Roche Plate est situé au pied du Maïdo sur le tracé de la grande randonnée R2 traversant toute l’île en passant par le cirque de Mafate. L’îlet est séparé du lit de la Rivière des Galets par le Bronchard, un sommet du nom d’un chasseur d’esclave et de la forme d’un cône tronqué, culminant à 1 250 mètres et contourné par le sentier de randonnée. Dans les environs de Roche Plate, une source sulfureuse renommée fut exploitée à des fins thermales jusqu’au début du 20e siècle.

 

-- Les jolis îlets Les Orangers et Les Lataniers, tous deux situés au nord-ouest du cirque, le second à seulement 650 m. d’altitude, se trouvent également sur le tracé du GR R2. Comme l’îlet Grand Place, lequel, en plein centre du Cirque, regroupe en fait les hameaux Cayenne, Grand' Place Boutique et Grand' Place les Hauts, ils sont installés sur des terrains déclarés partiellement inconstructibles.
 

-- L’îlet à Bourse , au nord de Grand Place, est un agréable petit village auquel on accède notamment en venant de Salazie par Bord Martin. Dans les environs, on trouve le camping payant de la Plaque.

 

-- Plus au nord, Aurère et l’îlet à Malheur sont situés à 930 et 830 m. d’altitude. Aurère, d’accès peu aisé, aurait été découvert au 18e s. par des chasseurs de cabris et se trouve sur un joli plateau, avec dans les environs de magnifique points de vue. L’îlet à Malheur est tristement célèbre par un épisode sanglant de la chasse aux Marrons en 1829 auquel il doit son nom : Guichard, un chasseur de primes, et son équipe affrontèrent une quarantaine de Marrons et les exterminèrent.

Centres d’intérêt dans le cirque de Mafate 

-- Le plateau des Tamarins, au-dessus de La Nouvelle. 

-- Les Trois-Roches, entre Marla et Roche-Plate. 

-- Le Kerval, plateau et étang au pied du Gros-Morne. 

-- Le Grand-Rein, sentier de crête entre le bord de Martin et Ilet à Malheur. 

-- Le Bronchard. 


Voir aussi :
Le cirque de Mafate : le cirque, les accès et points de vue
Photos du Cirque de Mafate


 

PublicitéAjouter un lien - Rectifier un lien - Décharge de responsabilité -  Contactez-nous
Ajouter aux favoris -  Lien vers WillGoTo - Annuaire voyages

Copyright © 2019 WillGoTo. Tous droits réservés.

Cirque de Mafate: îlets et histoire, Guide des villes et cirques de l'île de La Réunion, Annuaire et guide de voyage à La Réunion