Annuaire et guide de voyage

Maurice
English Français Deutsch Nederlands Italiano Español

Maurice > Photos et récits > Jardin de Pamplemousses

Photos du Jardin Botanique de Pamplemousses au nord de l'île Maurice (première partie): les Palmiers Talipots, la fleur de Lotus et l'Arbre Boulet de canon.

Palmiers Talipots du Jardin de Pamplemousses
Palmiers Talipots (Corypha umbraculifera) géants du Jardin de Pamplemousses, île Maurice.

Les palmiers Talipots ne fleurissent qu'une fois dans leur vie et meurent ensuite (ce sont des plantes dites monocarpiques). Ces palmiers grandissent pendant plusieurs dizaines d'années et produisent ensuite des bourgeons. La pleine floraison avec une abondance de fleurs jaunes or n'a lieu qu'à l'âge de 50, voire 60 ans ou encore plus tard. Ensuite après une fructification en grappes, le palmier meurt. La floraison d'un palmier Talipot à Pamplemousses est donc un événement rare qui attire les foules. Les palmiers Talipots se trouvent le long de l'avenue Telfair du jardin.

Le Jardin botanique de Pamplemousses est probablement l'attraction touristique de l'île Maurice la plus célèbre à l'étranger. Il est honoré périodiquement par la visite diverses personnalités. C'est le plus ancien jardin botanique de l'hémisphère Sud. Le jardin botanique porte le nom du village où il est établi.

Le jardin a été créé par Pierre Poivre (1719-1786), intendant de l'île de 1767 à 1772, qui utilisa à cet effet l'ancienne propriété du gouverneur Mahé de La Bourdonnais située non loin de Port Louis.

Pierre Poivre est un naturaliste, agronome et administrateur colonial français, originaire de Lyon. Lors de voyages en Asie, il avait été sensibilisé à la question des épices. Loin d'entamer son ardeur, l'attaque de son bateau par les Anglais, l'amputation de son bras droit touché par un boulet de canon et son débarquement forcé à Batavia (l'actuelle Djakarta) lui donnèrent l'occasion d'approfondir ses connaissances en la matière. 

De retour en France, Pierre Poivre, au nom prédestiné, persuada la Compagnie française des Indes orientales d'introduire la culture des épices sur l'Isle de France (l'actuelle île Maurice) où le gouverneur français Mahé de La Bourdonnais avait déjà entrepris de grands travaux d'infrastructure. Entre-temps, la Compagnie céda ses colonies au Roi de France. 

Nommé intentant du Roi sur l'île de France et de l'île Bourbon (l'actuelle île de La Réunion), il y donna une forte impulsion au commerce, à l'agriculture et en particulier à la culture des épices. Il créa le Jardin de Pamplemousses. Il y rassembla des espèces indigènes mais aussi des arbres et des épices du monde entier, entre autres des muscadiers et girofliers qui étaient jusqu'alors le monopole de la puissante Compagnie néerlandaise des Indes orientales.

Son neveu, Pierre Sonnerat, et surtout l'explorateur et naturaliste français, Philibert Commerson (1727 -1773) lui apportèrent une aide précieuse dans cette collecte des épices et des espèces rares. La vie
 aventureuse de Philibert Commerson et de sa compagne Jeanne Barret (1740-1803) mérite d'être rappelée.

Passionné de botanique,
Philibert Commerson part en 1766 à bord du bateau de Louis Antoine de Bougainville pour un tour du monde à la découverte des espèces végétales exotiques. Il fait passer sa compagne pour son valet à une époque où elle n'aurait pas pu embarquer. Le subterfuge étant découvert à Tahiti, les deux comparses furent autorisés à poursuivre provisoirement le voyage jusqu'à l'île de France. Là, Philibert Commerson travailla avec Pierre Poivre. Epuisé par les expéditions en Asie et à Madagascar, il meurt en 1773. Jeanne Barret parvint alors à retourner en France, devenant la première femme française à réaliser le tour du Monde.
 
Un des plus proches conseillers de Pierre Poivre, Jean-Nicolas Céré (1737-1810), fut nommé directeur du jardin royal de Pamplemousses en 1775 alors que Pierre Poivre avait regagné la métropole. Il veilla à sauvegarder et développer le jardin dont l'utilité n'était pas toujours comprise par ses concitoyens. C'est à lui que l'on doit le tracé des grandes avenues du parc et la création de plusieurs étangs.

Aux débuts de la colonisation britannique, le jardin dut d'abord faire face à pas mal de difficultés, mais l'arrivée de James Duncan en tant que directeur en 1849 fut l'occasion d'un nouveau départ, avec l'introduction notamment du palmier royal. Aujourd'hui, le jardin compte plus de 80 espèces de palmiers, dont les Talipots précités, les palmiers bouteilles, les palmiers à pied d'éléphant, les palmiers bambous, les palmiers marrons, les palmiers blancs (dont on consomme le coeur) et bien d'autres.

C'est aussi sous l'ère britannique que fut installée la magnifique grille ornementale en fer forgé à l'entrée principale du jardin. Cette grille a reçu le premier prix lors d'un concours qui s'est tenu en Angleterre en 1862.


Fleur de Lotus au Jardin de Pamplemousses
Fleur de Lotus (Nelumbo nucifera) au Jardin de Pamplemousses, île Maurice.

Le Lotus une plante aquatique vivace originaire de l'Inde. C'est une fleur sacrée du bouddhisme. En Chine et ailleurs, c'est aussi une plante médicinale et culinaire. Sa fleur est blanche ou rose et est portée par une longue tige dépassant souvent les feuilles les plus hautes. Le fruit ressemble à une pomme d'arrosoir. Les feuilles sont imperméables à l'eau.

L'étang des lotus du Jardin de Pamplemousses est situé non loin du bassin des nénuphars géants et du buste de Pierre Poivre.

Depuis 1988, le Jardin de Pamplemousses porte officiellement le nom de Sir Seewoosagur Ramgoolam, père de l'indépendance du pays, dont le monument funéraire (Samadhi) se trouve dans le jardin près de la Villa Mon Plaisir.

Villa Mon Plaisir, baptisée aujourd'hui le Château, est une demeure coloniale construite au 19ème siècle sous l'ère britannique dans le jardin. Elle accueille dorénavant les visiteurs de marque. Parmi ceux-ci, on a compté Indira Gandhi, la Princesse Margaret, François Mitterrand et Thabo Mbeki. Quant à la demeure de Pierre Poivre, elle a disparu, n'ayant pas résisté aux épreuves du temps.


La visite du Jardin de Pamplemousses se fait soit librement soit avec l'aide d'un guide officiel dont l'équipe multilingue vous accueille à l'entrée principale. Le jardin s'étend sur une superficie de 33 ha.


Arbre Boulet de canon au Jardin de Pamplemousses
Arbre Boulet de canon (Couroupita guianensis) au Jardin de Pamplemousses, île Maurice.

Cet arbre à feuillage persistant a des vertus médicinales, notamment antiseptiques et antifongiques. Il est considéré comme sacré par les hindous. Il est souvent associé aux temples de Shiva en Inde. Les tamouls l'appellent Nagalingam.


 

Voyez aussi

Maurice > Photos et récits > Jardin de Pamplemousses (2)
Maurice > Photos et récits > Port Louis

PublicitéAjouter un lien - Rectifier un lien - Décharge de responsabilité -  Contactez-nous
Ajouter aux favoris -  Lien vers WillGoTo - Annuaire voyages

Copyright © 2020 WillGoTo. Tous droits réservés.

Guide de voyage à l'Ile Maurice avec de jolies photos.