Annuaire et guide de voyage

Madagascar
English Français Deutsch Nederlands Italiano Español

Madagascar > Photos et récits > Parc national de Ranomafana: les lémurs

Photos du Parc national de Ranomafana à Madagascar le propithèque de Milne-Edwards, le lémur brun et le Centre NamanaBe Friendship Hall.   

Nous vous proposons trois galeries de photos du Parc National de Ranomafana. La première, ci-dessous, est consacrée aux lémurs ainsi qu'à une information générale au sujet du parc. Une deuxième galerieest dédiée aux geckos et au fleuve Namorona tandis que la troisième l'est aux microcèbes, aux caméléons et aux orchidées. Les informations sur les circuits proposés dans le parc se trouvent dans le deuxième album.

Propithecus edwardsi dans le Parc national de Ranomafana à Madagascar

Propithèque de Milne-Edwards (Propithecus edwardsi) dans le Parc national de Ranomafana à Madagascar.

Le Propithèque de Milne-Edwards, connu aussi sous le nom de Sifaka de Milne-Edwards, est un grand lémurien arboricole de la famille des Indridés. Il est noir sauf le bas de son dos qui est blanc. Il est diurne. C'est l'un des plus grands lémuriens diurnes. Un mâle pèse en moyenne 5.90 kg. L'espèce est en danger. Sa durée de vie moyenne est de 22 ans. Ils vivent en groupes de généralement 3 à 9 membres. Les femelles sont dominantes.

L'UICN a repris le 
Propithèque de Milne-Edwards sur sa liste rouge au titre d'espèce en danger.

Tous les Sifakas (aussi appelés Propithèques) ont un pelage épais et une queue plus longue que leur corps. Leur queue n'est pas préhensile. Leur pattes  Leur alimentation est composé de feuilles, de fleurs,  de graines, de fruits et parfois d'écorces. Les sifakas vivent souvent en sympatrie avec d'autres espèces de lémuriens, comme c'est le cas dans le parc national de Ranomafana.

Le Sifaka passe l'essentiel du temps à manger dans les arbres. Il n'a pas besoin de boire; car, il trouve l'eau nécessaire au bon fonctionnement de son cà sa santé dans ce qu'il mange.

Au contraire, d'autres lémuriens, principalement quadrupèdes, les sifakas s'accrochent à un support vertical et à se déplacent en sautant d'un support vertical à un autre. Au sol, ils se déplacent sur deux pattes par petits sauts, ce qui leur a valu le surnom de lémuriens danseurs. 

Parc national de Ranomafana à Madagascar: le lémur brun

Une famille de Lémurs bruns (Eulemur fulvus) qui font la sieste dans le Parc national de Ranomafana à Madagascar.

Le Lémur (appelé aussi Maki) brun fait partie de la famille des Lémuridés, aussi appelés "vrais lémuriens". Ceux-ci ont des mains fort proches de celles des hommes, un pelage dense et court, un museau allongé et de gros yeux. Ce sont des espèces endémiques de Madagascar, dont certaines ont été introduites par l'homme dans les îles Comores. Dans le parc de Ranomafana, on rencontre également le lémur à ventre roux qui appartient à la même famille.

Le Lémur brun mesure de 0.80 cm à 1 m et pèse de 2 à 3 kg. Son alimentation est constituée principalement de fruits, de jeunes feuilles et de fleurs. C'est une espèce diurne qui vit généralement en groupes de 5 à 12 membres avec une dominanition de la femelle adulte. Sa durée de vie moyenne est de 30 ans environ. On peut considérer que c'est une espèce quasi menacée ou vulnérable0


Centre NamanaBe Friendship Hall à Ranomafana
Le Centre NamanaBe Friendship Hall à Ranomafana à Madagascar.

Avec 5 autres parcs nationaux malgaches, le Parc national de Ranomafana fait partie des forêts humides de l'Est de Madagascar. L'importance de la faune et de la flore ces forêts humides pour la survie de la biodiversité de Madagascar a été officiellement reconnue par l'inscription de ces forêts sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Madagascar s'est séparé de l'Afrique depuis bien plus de 100 millions d'années et du sous-continent indien depuis environ 80 millions d'années. Cet isolement a bénéficié au maintien de l'extraordinaire biodiversité de la Grande Ile puisque la faune et la flore de Madagascar ont pu évoluer séparément de celles des autres continents. La constitution de parcs nationaux et leur inscription en tant que patrimoine mondial sont de nature à préserver cette biodiversité et en particulier à protéger les espèces, le plus souvent endémiques, dont la survie est en danger.

C'est principalement pour protéger les espèces rares et menacées de lémuriens que le parc national de Ranomafana a été constitué.

Les lémuriens sont un point fort de la biodiversité de Madagascar. Ils consistent en 5 genres de primates qui sont endémiques de Madagascar. Au total, on en a recensés quelque 70 espèces. Plusieurs d'entre elles sont en danger en raison de la destruction de leur habitat et, plus particulièrement, le développement de l'exploitation des zones forestières et de la culture sur brûlis.

Le parc national de Ranomafana a été inauguré le 31 mai 1991. C'est un parc de 41.000 ha situé d
ans le Sud-Est de Madagascar. Il est éloigné de 400 km d'Antananarivo, de 60 km de Fianarantsoa et de 150 km de la côte. Le parc proprement dit se prolonge par une zone périphérique où une certaine exploitation de la forêt est autorisée.

L'altitude du parc de Ranomafana, situé en bordure des Hautes Terres malgaches, varie de 500 à 1500 mètres et présente un relief accidenté, ce qui l'a longtemps préservé de la destruction forestière avant que la création du parc national soit nécessaire en 1986. Le fleuve Namorona et plusieurs de ses affluents parcourent le parc.

La localité de Ranomafana qui se trouve à 6 kilomètres de l'entrée du parcdoit son nom à la présence d'une source d'eau chaude (eau = rano et mafana = chaude) sulfureuse. Les qualités thérapeutiques de celle-ci sont à l'origine du développement du village. La centrale hydroélectrique de Ranomafana est établie dans les environs de la station thermale et alimente en électricité les régions de Fianarantsoa, Ambalavao et Mananjary.

Le parc national de Ranomafana abrite en particulier plus d'une centaine d'espèces d’oiseaux et presqu'autant d'espèces d’amphibiens et de papillons, une soixantaines d'espèces de caméléons et de lézards et douze espèces de lémuriens. Beaucoup de ces espèces sont endémiques du Madagascar.

En ce qui concernent les lémuriens, le parc compte 6 espèces diurnes, 4 espèces nocturnes et 2 espèces crépusculaires. Trois des espèces diurnes sont les lémurs bambous (cad qui vivent dans les bambous et s'en nourissent): ce sont l’Hapalémur doré (Hapalemur aureus), appelé aussi lémur bambou doré, l'Hapalémur gris (Hapalemur griseus) et le Grand Hapalemur (ou Prolemur simus). Ce dernier est une des espèces de primates les plus menacées du monde, avec seulement environ trois cents individus subsistants.

Dans le parc, on rencontre aussi deux espèces Indridés, les plus gros des lémuriens, comme le Propithèque de Milne-Edwards (Propithecus edwardsi), qui est diurne, et l'Avahi laineux (Avahi laniger), qui est nocturne. Les makis, à savoir le Lémur brun (Eulemur fulvus) et le lémur à ventre roux (Eulemur rubriventer), tous deux diurnes, sont également présents dans le parc.

Les lémurs qui se nourissent principalement de bambous mangent également un peu de terre. Certains observateurs estiment que l’Hapalémur doré (poids moyen 1,5kg) le fait parce que la terre contient de la latérite et de l'oxyde de fer et que cela neutralise les éléments toxiques (cyanure) présents dans les bambous géants (Cephalostachium viguieri) qui constitue l'essentiel de son alimentation. Cette thèse est cependant contestée par d'autres scientifiques.

Par ailleurs, il n'y a pas de compétition alimentaire entre les différentes espèces de lémurs de bambous; car ils mangent des bambous différents, les petites pousses pour les Hapalémurs gris (qui ont un poids moyen: 700 g à 1 kg), les pousses plus coriaces pour les Grands Hapalemurs (dont le poids moyen est de 2,5 kg).

Les autres lémuriens se nourissent de fleurs, de feuilles et de larves et il leur arrive de manger aussi un peu de terre pour atténuer l'acidité provoquée par l'absorption des feuilles. 

Le parc de Ranomafana est aussi un paradis pour les ornithologues.

Le parc national de Ranomafana bénéficie en outre d'une riche flore, qui varie en fonction de l'altitude. Le coeur du parc est encore constitué d'une forêt primaire. Le parc est aussi connu pour ses nombreuses variétés d'orchidées (e.a. Bulbophyllum et Eulophiella), de fougères (dont les fougères arborescentes), de bambous et de palmiers. On notera en particulier les mousses, les lianes, et les épiphytes (plantes qui poussent en se servant d'autres plantes comme support, sans en prélever de la nourriture). Plusieurs plantes sont utilisées à des fins médicales. La densité de la forêt peut rendre difficile l'observation de la faune et notamment des lémuriens.

La faune et la flore du parc font l'objet de recherches scientifiques, en particulier en collaboration avec le Centre ValBio du State University of New York at Stony Brook. A l'initiative de ce centre et de sa fondatrice, la spécialiste des lémuriens Patricia Wright, un centre NamanaBe Friendship Hall s'est ouvert en 2012 à proximité de l'entrée du parc national de Ranomafana pour servir de centre de recherches et de conférences sur la biodiversité à Madagascar. Ce centre doté de logements pour les étudiants et scientifiques représente un investissement de $ 3 millions.

Les travaux scientifiques menés sous l'égide de Patricia Wright trouvent parfois des échos dans le grand public par la voie des publications du National Géographic dont le comité scientifique la compte parmi ses membres.


Le NamanaBe Friendship Hall n'est pas destiné aux touristes. Ceux-ci doivent se rendre à l'entrée du parc national située un peu plus loin. La visite du parc se fait avec des guides selon différents circuits (voir ici).


 

PublicitéAjouter un lien - Rectifier un lien - Décharge de responsabilité -  Contactez-nous
Ajouter aux favoris -  Lien vers WillGoTo - Annuaire voyages

Copyright © 2020 WillGoTo. Tous droits réservés.

Guide de voyage et de tourisme à Madagascar avec de nombreuses photos.