Annuaire et guide de voyage

Madagascar
English Français Deutsch Nederlands Italiano Español

Madagascar > Photos et récits > Marché de zébus à Ambalavao

Photos du marché de zébus à Ambalavao, Madagascar: le marché, les éleveurs et les acheteurs.

Nous vous proposons plusieurs galeries de photos d'Ambalavao:  la première ci-dessous est consacré à son fameux marché des zébus, les deuxième et troisième à son artisanat, et la quatrième à la faune de la réserve privée Ny Anja. D'autres albums présentent des photos du Parc National d'Andringitra.

Marché des zébus d'Ambalavao
Marché des zébus d'Ambalavao, à Madagascar: un troupeau arrive dans le parc du marché.

Ambalavao est une ville d'environ 35.000 habitants située sur la route nationale RN 7, à 56 km au sud de Fianarantsoa. Elle se trouve dans la zone qui marque la transition entre la région des Hauts Plateaux occupés par le peuple Betsileo, habiles cultivateurs, et celle du Sud habitée par le peuple Bara, grands éleveurs de zébus. La frontière entre les deux est constituée par les 'Portes du Sud", des mamelons rocheux situés 7 km en dehors de la ville.

Le marché de zébu est l'une des attractions de la ville. Ce marché occupe un parc de deux hectares aux abords de la ville (tandis que le marché classique se tient à l'intérieur de la ville). Il a lieu le mercredi et jeudi matin. Il s'est créé vers 1916 à l'époque où la route du Sud venait d'être prolongée de Fianarantsoa - Ambalavao, laissant la place ensuite à la piste. 

Le zébu (Bos taurus indicus), omby en magache, est un bovidé domestique qui se caractérise par une bosse de graisse juste après son encolure, sa peau flasque sous le collier et son aptitude à supporter la chaleur. A Madagascar, il est surtout utilisé comme animal de trait et pour le piétinement des rizières ainsi que pour sa viande et son cuir. Sa production de lait est nettement plus réduite que celle de la vache. Dans le pays Bara, le zébu est souvent élevé dans de vastes troupeaux. 

Eleveur de zébus à Ambalavao
Un éleveur venu vendre une partie de son cheptel au marché de zébus d'Ambalavao, Madagascar.


On estime que, chaque semaine, près de 2000 zébus transiteraient par le marché d'Ambalavao.

Les convois des éleveurs s'observent dans la région bien avant l'ouverture du marché, ayant entamé le trajet tôt dans la nuit ou la veille, voire bien avant encore. Sur le marché, les vendeurs et leurs aidants ont parfois fort à faire pour éviter la dispersion de leur troupeau lorsque, pour une raison ou une autre, l'un des zébus s'emballe. Les acheteurs, eux, inspectent minutieusement les bêtes, y compris leurs sabots, et s'enquièrent des prix demandés avant d'entamer le marchandage. Une fois l'affaire conclue, il faut remplir les formalités sanitaires. La livraison et le paiement se fait généralement le lendemain.

La majorité des animaux présentés à la vente à Ambalavao viennent d'Ihosy et du Grand Sud et sont achetés principalement pour le compte de négociants d'Antananarivo ou leurs intermédiaires. Les zébus sont ensuite transportés par camion vers la capitale ou emmenés à pied vers Fianarantsoa  et Antsirabe (d'où, la nécessité d'avoir des sabots en bon état).

Malgré une bonhommie apparente, d'importantes affaires y sont traitées et, les transactions se réglant essentiellement en espèces, les participants prennent leurs précautions pour tenir les fonds à l'abri. Peu d'éleveurs savent écrire, mais tous comptent parfaitement. 

Selon les évaluations, le marché de zébu d'Ambalavao est le plus grand ou le deuxième plus grand marché de zébus de Madagasacar. Il est célèbre dans toute l'ile. L'autre grand marché de zébu se tient à Tsiroanomandidy, dans une région moins fréquentée par les touristes à 212 kilomètres à l'ouest de la capitale Antananarivo, et ses débuts remonteraient à 1822.

Une bonne partie de la viande de zébus est consommée à Antananarivo. Dans les campagnes, le zébu est surtout utilisé pour sa force de travail. Dans la vie quotidienne, la majeure partie de la population malgache ne se nourrit pas de viande de zébu, trop chère, mais plutôt le cas échéant de celle de poulet. Le zébu n'est consommé que lors de grandes occasions. On estime qu'actuellement, la consommation annuelle moyenne pour l'ensemble du pays ne serait que de 2 kg par habitant.

Dans tout le pays, le zébu (omby) accompagne les grandes étapes de la vie d'un Malgache, de sa naissance à sa mort. Le zébu sert de dot lors de mariages, fait fonction de monnaies d'échange dans d'autres occasions de la vie et est sacrifié lors de cérémoniés funéraires ou autres. En autres, à l'occasion des fêtes de la circoncision et du retournement des morts (Famadihana)les nombreux invités, parfois tout le village, consomment souvent de la viande de zébu. 
 
Chez les Baras, c'est une tradition fort répandue pour les jeunes gens d'aller voler quelques zébus, pour faire la preuve de leur bravoure et le cas échéant démarrer un élevage ou constituer une future dot. Avoir été emprisonné pour un tel fait serait même reconnu par les jeunes filles comme preuve de virilité. Les voleurs de zébus sont appelés "dahalos".

Des vols sont également perpétrés de manière plus violente par des bandits. Ces derniers temps (2012), ces vols se sont fortement amplifiés en particulier dans le sud du pays (on parle de 15.000 zébus volés, en quelques mois seulement, par des bandes armées) et ont pris un caractère mafieux. Des affrontements ont eu lieu entre les bandes de voleurs d'une part et les forces de l'ordre ou les éleveurs d'autre part, ce qui a causé la perte de plusieurs hommes dans le sud de l'île

Ces vols se développent à la faveur de l'instabilité politique du pays et donnent lieu à des trafics qui ne peuvent se réaliser qu'avec des complicités à des niveaux sans doute élevés. Des exportations auraient lieu via les Comores. Le transit par les autres iles de l'Océan Indien n'est pas en principe possible vu les contrôles de traçabilité qui y sont en vigueur.

Le trafic a lieu alors que l'Union Européenne a levé l'embargo sur l'importation de la viande bovine malgache en février 2012, décision au profit de laquelle Madagascar projette d'exporter 50.000  bêtes sur pieds certifiés par les autorités sanitaires sur une durée de 18 mois.

Les autorités ont réagi par l'envoi de renforts ou d'unités spéciales de l'armée dans les régions les plus concernées et par la réglementation des exportations vers les Comores. En janvier et en août 2013, des affrontements mortels entre voleurs et villageois se sont à nouveau produits dans le sud de l'île. La persistance de la crise politique et le manque d'aides financières extérieures qui en résulte ne permettent pas aux autorités de mettre en place de véritables solutions telle que le contrôle de la traçabilité du bétail. Affaire à suivre.

Ajoutons que le pays compte un total de 10 millions de zébus (avec un taux de croissance annuelle de 0,8%) pour une population de 22 millions d'habitants et que son équipe nationale de football s'appelle «Baréa» (ce qui signifie «zébu»), preuve supplémentaire de la place particulière du zébu dans la société malgache.
 
 
Ambalavao: le marché de zébus
Zébus dans l'attente d'acheteurs au marché de zébus d'Ambalavao, Madagascar. Probalement destinés à l'abattoir pour Antananarivo.


Ambalavao: le marché de zébus
Au marché de zébus d'Ambalavao, un acheteur parcourt le parc à la recherche de zébus répondant à ses critères. 
Il est venu en famille, avec fils et petit-fils.


 

PublicitéAjouter un lien - Rectifier un lien - Décharge de responsabilité -  Contactez-nous
Ajouter aux favoris -  Lien vers WillGoTo - Annuaire voyages

Copyright © 2019 WillGoTo. Tous droits réservés.

Guide de voyage et de tourisme à Madagascar avec de nombreuses photos.