Annuaire et guide de voyage

Belgique
English Français Deutsch Nederlands Italiano Español

Belgique > Waterloo 2015

Waterloo 2015: les reconstitutions, les musées et monuments de la bataille.

Waterloo est l'un des noms de ville les plus répandus dans le monde. Que ce soit en Australie, en Nouvelle-Zélande, au Canada, en Sierra Leone, ou au Royaume-Uni, des villes portent ce nom célèbre. Aux Etats-Unis, avec une ville dénommée Waterloo dans près d'un Etat sur deux, il y en a bien plus que de villes appelées London ou Liverpool par exemple. De plus, on trouve des stations de métro, de train ou d'autres lieux publics portant le nom de Waterloo un peu partout dans le monde, que ce soit entre autres à Hong Kong, à Hanovre, à Amsterdam et bien sûr aux Etats-Unis et au Royaume-Uni.

C'est évidemment en commémoration de la fameuse Bataille de Waterloo du 18 juin 1815 que ces localités et lieux publics ont choisi cette prestigieuse appellation. Cette bataille a été le tournant de ce que les Anglais appellent la Campagne des Cent-Jours et les Français le Vol de l'Aigle. Pendant cette période, Napoléon Bonaparte s'est enfui de l'ile d'Elbe où il s'était établi après son abdication en 1814, a repris rapidement le contrôle des armées et du pouvoir politique en France et a dû faire face à la coalition de ses adversaires composée principalement de la Grande-Bretagne, de la Prusse, des Pays-Bas, de la Russie et de l'Autriche. 

Napoléon espérait vaincre les troupes alliés stationnées en Belgique avant qu'elles ne fassent leur jonction et qu'elles ne reçoivent des renforts de leurs pays d'origine. Après avoir été annexée à la France de 1795 à 1814, la Belgique était à cette époque sous la tutelle des alliés, l'armée britannique ayant son quartier général à Bruxelles et l'armée prussienne le sien à Namur.


Les confrontations entre les adversaires ont eu lieu d'abord à Ligny, aux Quatre-Bras, à Wavre, puis finalement dans les environs de Waterloo le 18 juin 1815. La Bataille de Waterloo s'est terminée par la défaite définitive des troupes de Napoléon Bonaparte. A ce titre, elle a marqué profondément le destin de l'Europe.

La commémoration du bicentenaire de la Bataille de Waterloo du 18 juin 1815

Le bicentenaire de cette bataille historique sera fêté au Royaume-Uni par plusieurs expositions spéciales dans différents musées et au Château de Windsor. En particulier, l'Aigle qui avait été arraché au 105e régiment français sera exposé successivement dans différents musées notamment à Edinbourg et à Liverpool.

Précisons que deux aigles ont été enlevés aux troupes françaises au cours de la bataille: l'un appartenant au 105e régiment a été arraché par les Royal Dragons tandis que le second, celui du 45e régiment français, a été enlevé par les Scots Greys, plus précisément le sergent Charles Ewart. Les deux aigles ont été ramenés en triomphe à Londres il y a 200 ans. Le premier est conservé habituellement au National Army Museum de Londres, le second au Château d'Edinbourg. Tous les régiments français avaient un aigle placé au sommet de la hampe de leur drapeau.

A Londres, le British Museum réunira trois grands panoramas établis à l'époque de la bataille ainsi qu'une série d'œuvres françaises et britanniques glorifiant ou vilipendant Napoléon, tantôt montré dans des postures héroïques, tantôt vu sous un angle satirique.

Mais, c'est évidemment en Belgique sur le site du champ de la bataille à Waterloo que le bicentenaire sera fêté avec le plus de faste du 18 au 21 juin prochain. Waterloo se situe une quinzaine de kilomètres au sud de Bruxelles, la capitale du pays. A cet effet, un nouveau Mémorial avec une toute nouvelle scénographie de la bataille a été construit et la célèbre ferme de Hougoumont a été restaurée. Un spectacle inaugural, appelé "Inferno" et conçu par Luc Petit, sera produit le soir du 18 juin. Il est inspiré du poème "L’expiation" de Victor Hugo.

Les festivités comprennent surtout la reconstitution, plus grandiose que les années précédentes, de deux phases cruciales de la confrontation: l'attaque de l'armée française, y compris celle de la redoutable Garde Impériale le 19 juin 2015 et puis la riposte héroïque des alliés retranchés sous le commandement du Duc de Wellington, entre autres, dans la ferme d’Hougoumont le 20 juin 2015.

Pas moins de 5000 participants de diverses nationalités, plus de 300 chevaux et une centaine de canons prendront part aux reconstitutions. Parmi les nombreux candidats, c'est l'avocat français, Frank Samson, qui a été choisi pour incarner Napoléon. Agé de 47 ans, il est originaire d'Orléans. Il a déjà interprété le rôle dans d'autres reconstitutions. Il s'attache tout spécialement à reproduire le comportement de l'empereur dans ses moindres détails et ses traits de caractère.

Du côté des Britanniques, les prestigieux Scots Greys participeront pour la première fois à une reconstitution de la Bataille de Waterloo. Ils seront représentés par les Greys & Glory, un régiment de cavaliers écossais qui incarneront leurs illustres prédécesseurs lors des reconstitutions. Comme en 1815, ils monteront de magnifiques chevaux gris.

Voyez ici comment la bataille de Waterloo s'est déroulée le 18 juin 1815 et quelles batailles l'ont précédée le 16 juin.

Waterloo 2015: reconstitution de la bataille
Waterloo 2015: reconstitution de la bataille de Waterloo.                                                               © Waterloo 2015 / Chantal Crèvecoeur

A Wavre, la commémoration de la bataille se fera les 4 et 5 juillet 2015. La reconstitution y occupera 600 participants et une vingtaine de cavaliers.

D'aucuns voudront aussi parcourir la route Napoléon en Wallonie, route que les troupes françaises ont suivie à travers la Belgique de Beaumont à Waterloo dans l'espoir de vaincre séparément les Prussiens et les Britanniques. Ce parcours de 94 km est en effet jalonné de diverses traces du passage de l'armée française et des confrontations auxquelles elle a fait face d'abord avec succès.

Les monuments en l'honneur de la bataille de Waterloo


Le site du champ de la bataille de Waterloo est légalement protégé. Il y subsiste de nombreux vestiges et monuments de la célèbre bataille. 

-- Le plus connu d'entre eux est certainement la Butte du Lion: elle a été érigée en 1826, soit 11 ans après la bataille, à la demande du roi des Pays-Bas, Guillaume Ier, à l'endroit où son fils, le futur roi Guillaume II, avait été blessé durant la bataille. La butte de terre a la forme d'un cône d'un diamètre de 169 mètres et d'une hauteur de 41 mètres. Au sommet de la butte, trône un énorme lion en bronze de 28 tonnes placé sur un piédestal de pierre. La patte avant droite du lion est posée sur une sphère, signe d'une victoire mondiale.

Le lion a été produit dans les usines Cockerill à Liège et, contrairement à la légende, il ne provient pas directement de la fonte des canons abandonnés par les Français à Waterloo. Voyez ici de magnifiques photos de la butte et du lion de bronze. 

Le sommet de la butte offre aux visiteurs une splendide vue panoramique sur le site de la bataille. On y accède par un escalier de  226 marches construit dans la seconde moitié du 19ème siècle. Communément appelée le "Lion de Waterloo", la butte se trouve en fait sur le territoire de la commune voisine de Braine-l'Alleud.

Le Duc de Wellington aurait regretté que les terres utilisées pour l'érection de la butte aient été prélevées sur le champ de bataille et aient ainsi fait disparaitre certaines disparités qui avaient eu leur importance durant les hostilités.

A proximité de la Butte, un nouveau Mémorial a été construit. Il est souterrain. La Bataille de Waterloo, ses antécédents et ses conséquences sur l’histoire de l’Europe y sont présentés dans une nouvelle scénographie d'1h1/2  comprenant un spectacle audiovisuel en 4D. Ce parcours rejoint le "Panorama" actuel qui est une immense fresque sonorisée (110 mètres de circonférence) sur une hauteur de 12m, représentant une charge de la cavalerie française emmenée par le maréchal Ney. De là, le visiteur a accès à la Butte du Lion.

L'ensemble de ce quartier touristique est connu sous le nom de Hameau du Lion. Un droit d'entrée au Hameau est perçu. Le nouveau mémorial sera inauguré quelques jours avant le bicentenaire.

Voyez aussi: Photos du nouveau Mémorial et d'autres photos de la Butte du Lion.

-- Le Musée Wellington à Waterloo. L'ancienne auberge, un relais de poste, où le Duc de Wellington avait établi son quartier général la veille de la bataille a été transformé en musée. Il est situé Chaussée de Bruxelles, numéro 147, dans le centre actuel de Waterloo en face de l'église. Les salles du musée retracent les événements de l'époque.

Du 21 mars au 31 juillet 2015, le Musée Wellington célébrera le bicentenaire de la bataille par une exposition exceptionnelle, "Destins croisés: Wellington et Napoléon", qui met en parallèle la vie civile (la jeunesse, la vie familiale et sociale, le rôle politique, et les légendes) des deux protagonistes. A cet effet, le musée a pu emprunter diverses pièces appartenant à différents musées dans le monde. Le bicorne que Napoléon portait le jour de la bataille ainsi que la redingote et le chapeau à plume du Duc de Wellington figurent parmi ces prêts.

Arthur Wellesley, né à Dublin en Irlande en 1769, s'est illustré par ses victoires militaires en Inde et au cours des guerres napoléoniennes. Il est fait successivement comte puis marquis et finalement, après la première abdication de Napoléon, Duc de Wellington. Après sa victoire à Waterloo, il est entré en politique dans les rangs des Tories et fut Premier-Ministre de 1928 à 1930 et à titre intérimaire en 1934. Il s'est retiré de la vie politique en 1846. Il est mort en 1852. Il est inhumé à la Cathédrale Saint-Paul à Londres.

-- Le château-ferme de Hougoumont, célèbre par la résistance acharnée opposée aux Français, a été restauré à l'occasion du bicentenaire de la bataille. Comme la butte du Lion, ce lieu emblématique de la bataille est situé sur le territoire de la commune de Braine-l'Alleud, à moins de deux kilomètres de la Butte du Lion.  

Avant le déclenchement de la bataille, le Duc de Wellington avaient pris le contrôle de ce château-ferme et de deux autres fermes, d'où les Français auraient pu menacer dangereusement ses troupes. Tout au long des hostilités, les bois et jardins proches du château de Hougoumont furent pris et repris maintes fois par les belligérants. Mais, les bâtiments n'ont jamais pu être conquis par les Français. Au mieux, quelques-uns de ceux-ci purent fracturer une de deux grandes portes et commencer à pénétrer à l'intérieur du domaine. Mais, ils furent massacrés et cette attaque échoua comme toutes les autres, ce qui fit dire au Duc de Wellington "The success of the battle turned upon the closing of the gates at Hougoumont”. 

A la fin de la bataille, les bâtiments du château étaient complètement dévastés et partiellement incendiés. Le domaine n'était plus du tout habitable. Ses propriétaires successifs veillèrent à préserver ce qui en subsistait. Une partie du domaine (la "maison du jardinier") fut reconstruite et l'exploitation agricole reprit.

Mais, ces derniers temps, les bâtiments s'étaient très fortement dégradés et ont été rachetés par les autorités wallonnes en vue de la restauration financée par la région wallonne, le Royaume-Uni et des donations privées. Il est prévu aussi d'y ériger un monument à la mémoire des soldats britanniques, un autre existant déjà à celle des Français.
 
L'inauguration de la ferme restaurée aura lieu le 17 juin 2015. Pendant les festivités du bicentenaire, une navette permettra aux visiteurs de se déplacer aisément entre la Butte du Lion et la ferme de Hougoumont.


-- La ferme du Caillou à Genappe, quarter général de Napoléon, a en 1951 été converti en un petit musée napoléonien, le seul existant en Belgique. Un ossuaire rassemblant des ossements retrouvés dans les environs a été érigé en 1912 dans le jardin du musée, où on trouve également une statue de Napoléon. Le musée se trouve sur la chaussée de Bruxelles, numéro 66, soit 4 km au sud de la Butte du Lion. Neuf kilomètres le sépare du Musée de Wellington dans le centre de Waterloo.

Voyez aussi:  Photos des fermes historiques de la Bataille de Waterloo.
                     Photos de la Ferme d'Hougoumont, haut lieu de la Bataille de Waterloo. 

Waterloo 2015: Bicentenaire de la bataille
Waterloo 2015: reconstitution de la bataille de Waterloo lors de son bicentenaire.                             © Waterloo 2015/ J-François Schmitz

-- Plusieurs dizaines de monuments commémoratifs jalonnent le site du champ de la bataille. C'est le très grand retentissement que la bataille de Waterloo a eu qui explique l'abondance de ces monuments. Beaucoup d'entre eux ont été érigés en l'honneur soit des nations qui ont participé à la confrontation soit de vaillants combattants dont les familles ont voulu pérenniser le souvenir.

Ainsi, à la limite de la commune de Braine-l'Alleud, à seulement 500 m de la Butte du Lion, se dresse le monument construit dès 1817 à la mémoire du lieutenant-colonel Alexander Gordon, le valeureux aide de camp du Duc de Wellington, par sa famille. En face, de l'autre côté de la chaussée, à Plancenoit, le Monument aux Hanovriens a été érigé en 1818, par les Hanovriens en l'honneur de 42 de leurs officiers morts pour défendre la ferme de la Haie Sainte, en face de laquelle le monument se trouve.

Le Monument prussien, élevé en 1818 à Plancenoit aussi, commémore l'action déterminante des troupes du maréchal Blücher durant la bataille de Waterloo.

Encore à Plancenoit, à 1,5 km de la Butte du Lion, le monument de l'Aigle blessé est le premier mémorial érigé sur le site du champ de la bataille en l'honneur des combattants français de 1815. Il a été inauguré bien plus tard (en 1904) en présence d'une foule importante dans un contexte d'amitié belgo-française.

Deux monuments honorent la mémoire des Belges morts durant les hostilités, l'un situé à Genappe pour les belges morts dans la bataille des Quatre-Bras du 16 juin, l'autre à Waterloo à 500 m de la Butte  (à proximité du monument des Hanovriens) pour ceux morts dans la bataille du 18 juin dans les deux camps.

La colonne Victor Hugo, qui se dresse à Plancenoit quasi face à l'Aigle blessé, ne commémore que le séjour en 1860 de l'écrivain français à Waterloo. La construction de la colonne a commencé en 1912 et ne s'est achevée qu'en 1956. C'est pendant ce séjour que Victor Hugo a terminé Les Misérables alors que ses fameux vers "Waterloo, Morne plaine" avaient été écrits en 1852, donc bien avant que l'auteur ne visite le site de Waterloo.

Le plus récent monument commémoratif est sans doute celui en l'honneur de la cavalerie des Pays-Bas construit en 1990 à Genappe. 

Photos des monuments commémoratifs de la Bataille de Waterloo de 1815.

Informations pratiques:

Voyez ici les infos utiles pour assister aux festivités du bicentenaire de la bataille ainsi que quelques photos supplémentaires.


 

Voyez aussi

Belgique > La Bataille de Waterloo
Belgique > Bicentenaire de la Bataille de Waterloo

PublicitéAjouter un lien - Rectifier un lien - Décharge de responsabilité -  Contactez-nous
Ajouter aux favoris -  Lien vers WillGoTo - Annuaire voyages

Copyright © 2017 WillGoTo. Tous droits réservés.

La Bataille de Waterloo a marqué profondément le destin de l’Europe. Sur le site de la bataille, trois musées et plusieurs monuments entretiennent la mémoire de cet événement mythique qui est fêté avec faste chaque année par des reconstitutions de la bataille.