Annuaire et guide de voyage

International
English Français Deutsch Nederlands Italiano Español

International > Comment connaître le ciblage géographique de vos concurrents?

Référencement : comment connaître le ciblage géographique de sites concurrents.  

Lorsqu’un webmaster pratique la veille concurrentielle ou tout simplement lorsqu’il analyse le positionnement de son site dans les moteurs de recherche, il s’interroge souvent sur le ciblage géographique des sites concurrents. 

 

Des différences dans le ciblage géographique de différents sites peuvent en effet  

-- expliquer des différences dans leur  positionnement dans les moteurs de recherche et a fortiori dans les diverses versions nationales des moteurs 

-- révéler une éventuelle erreur  dans le ciblage géographique de son propre site. 

 

Comme expliqué ailleurs, le webmaster se doit de bien identifier quel pays est le marché cible de son entreprise et ensuite de localiser correctement son site web dans ce pays.  En effet, toute autre chose étant égale par ailleurs, tous les moteurs privilégient  dans les résultats des requêtes les sites du même pays que celui de l’internaute qui a fait la requête. L’ampleur de cette « faveur » varie beaucoup selon les cas; mais, elle est rarement insignifiante. 

Alors comment connaître le ciblage géographique du site de ses concurrents ? 

1er cas.  Le cas le plus simple est celui des sites qui ont un nom de domaine avec une extension nationale  (ccTLD) comme par exemple .fr, .be, .ca, . ch, et bien d’autres : les moteurs de recherche considèrent irrévocablement que l’extension nationale détermine le pays cible du site. 

 

Donc, aux yeux des moteurs de recherche, un site en .fr, même s’il est dans une langue étrangère, cible principalement les internautes de France tandis qu’un site en .ca est supposé cibler principalement ceux situés au Canada. 

 

2ème cas.  Identifier le ciblage géographique des sites dont le nom de domaine a une extension générique (gTLD), comme .com, .net, .info, .org, .travel, .aero  et beaucoup d’autres, y compris d’ailleurs celles que Google leur assimile comme par exemple .tv,  .ws ou .eu., est un peu  plus complexe. 

 

Pour ces sites, le pays cible est celui de l’IP du site, sauf si le webmaster a indiqué un autre pays au moteur (Google et/ou Bing) dans son compte webmaster (appelé maintenant « search console » chez Google). 

Connaître le pays de l’IP d’un tel site (de nombreux outils le permettent facilement) donne donc un indice important, mais pas toujours la certitude de la cible géographique d’un site concurrent.

a) Il y a quand même un cas où l’adresse de l’IP indique sans équivoque le pays cible d’un site doté d’une extension générique. Dans les sites multilingues et/ou multi-pays, les URL qui ont des terminaisons comme .html, .php, .index et autres ne sont pas admises à un ciblage géographique par le compte webmaster chez Google. Dans de tels cas, le pays cible de sites avec extension générique est nécessairement celui de l'IP de leur serveur.

Donc, pour Google,
des pages comme example.com/en/english.htm et example.com/de/deutsch.html  ciblent principalement des internautes en France si ledit site example.com est hébergé sur une IP en France.  

b) Dans les autres cas, bien que vous n’ayez pas accès au compte webmaster de vos concurrents, il vous est possible de connaître le ciblage géographique de leur sites. La donnée a même été publique pendant 2-3 années durant lesquelles Google affichait dans ses pages de résultats le pays cible qui avait été choisi dans le compte webmaster. 

Aujourd’hui, Google ne donne plus cette indication. Alors, une astuce pour avoir quand même l’information, c’est  de prendre le problème à l’envers. Faites une recherche avancée par pays sur un mot clé majeur  (par ex., sa balise titre ou un bout de phrase de sa page d’accueil) du site concurrent. La présence ou l’absence du site dans les résultats de la requête vous indiquera alors le pays  cible du site. 

Par exemple, si pour un site francophone exemple.com, sur une requête « sa balise titre » dans google.com recherche avancée pays « France », ce site n’apparaît pas ou bien plus mal que sur la même requête d’une recherche pays « Belgique », il a pour cible la Belgique. 

Une fois le pays cible du site concurrent ainsi identifié sur un mot clé qui lui est plus particulier, vous pourrez en tenir compte pour les mots clés qui vous intéressent dans votre veille concurrentielle et dans les recherches universelles. 

Avec un peu d’expérience dans ce genre de test (par exemple, ne prenez pas la marque ou le nom de domaine du concurrent comme mot clé du test : ils sont moins sensibles à une recherche par pays), vous obtiendrez  une indication fiable sur le ciblage géographique du site de vos concurrents, même s’il a une extension générique. 

Que le ciblage du site soit le résultat de localisation de son serveur ou d’un ciblage en compte webmaster, cela n’a aucune importance. Seul le résultat du ciblage compte. Si par curiosité, vous voulez quand même savoir si votre concurrent a fait usage d’un ciblage en compte webmaster, il suffit de comparer le pays cible découvert par la recherche avancée précitée et le pays de l’IP du site. 

Si par exemple, la recherche avancée par pays vous fait découvrir que le site exemple.com a la Belgique comme cible et que son IP est française,  vous en déduirez que son webmaster a fait usage du ciblage webmaster et qu’il y a choisi la Belgique. Si au contraire son IP est belge, vous ne saurez pas si son webmaster a fait ou non usage d’un ciblage webmaster en Belgique. Mais, cela n’a absolument aucune importance, car, la localisation du serveur suffit dans ce cas-ci et un ciblage en compte webmaster n’y change rien.

De même, si, d'après la recherche avancée pays, le site exemple.net a ciblé la France et qu'il est hébergé aux Etats-Unis, vous en conclurez que son responsable a utilisé le ciblage géographique en compte webmaster et a choisi le pays "France".

Petit conseil supplémentaire: dans tous vos travaux de veille où vous scrutez les positions de sites dans les résultats de requêtes chez Google et si vous le faites manuellement, évitez que ces résultats ne soient entachés par l'historique de votre propre activité web (personnalisation des résultats). Le plus sûr moyen à cet effet est d'ajouter ceci à la fin de l'url de la page de résultats:
&pws=0


 

Erreurs de localisation les plus fréquentes.

Pour les webmasters qui craignent de ne pas avoir correctement localisé leur site, voici une liste des erreurs les plus fréquemment rencontrées en matière de localisation. Ce sont donc des choix à ne pas faire en matière de référencement national et international:

-- Lorsque un site avec une extension générique s'adresse principalement à un seul pays (par ex. la France), que celui-ci soit unilingue ou multilingue, l'héberger dans un pays étranger (par exemple, les Etats-Unis) sans faire choix du ciblage géographique correct (France) dans les comptes Google et Bing webmaster.

-- Lorsque un site unilingue s'adresse aux internautes d'un ou plusieurs pays étrangers (par exemple, un tour opérateur sud-africain s'adressant à une clientèle au Royaume-Uni), adopter l'extension nationale du pays du webmaster (.za pour Afrique du Sud). Et si le webmaster opte pour une extension générique, héberger le site dans ce pays d'origine (dans l'exemple, l'Afrique du Sud) sans cibler géographiquement le pays adéquat (dans l'exemple, le Royaume-Uni) dans les comptes Google et Bing webmaster.

-- Lorsque un site multilingue s'adresse aux internautes de plusieurs pays étrangers (par exemple, un tour opérateur sud-africain s'adressant en anglais à une clientèle au Royaume-Uni et en allemand à une clientèle allemande), adopter l'extension nationale du pays du webmaster (.za pour Afrique du Sud). Et si le webmaster opte pour une extension générique, héberger le site dans ce pays d'origine (dans l'exemple, l'Afrique du Sud) sans faire choix des ciblages géographiques corrects dans les comptes Google et Bing webmaster pour ses versions (répertoires ou sous-domaines) linguistiques (dans l'exemple, le Royaume-Uni et L'Allemagne).

-- Dans le même cas d'un site multilingue qui s'adresse aux internautes de plusieurs pays étrangers dans différentes langues, se contenter de nommer correctement les URL des versions (répertoires ou sous-domaines) de chaque langue, sans géolocaliser celles-ci dans les comptes Google et Bing webmaster.

 
-- Lorsque un site unilingue (par exemple, en français) s'adresse à l'ensemble de sa zone linguistique, adopter l'extension nationale d'un petit pays de cette zone (par exemple, .be pour la Belgique) si le thème du site n'est pas spécifique à ce pays ou ne fait pas partie de ses spécialités. Ou encore dans un tel cas, prendre une extension générique et héberger le site dans ce petit pays (dans l'exemple, la Belgique) sans cibler un plus grand pays dans le compte Google et Bing webmaster.

-- De même, lorsque, quelque part dans le monde, l'administrateur d'un site ne faisant pas partie de la zone anglophone choisit l'anglais pour s'adresser globalement à une clientèle étrangère internationale (ex. un tour opérateur chinois ou kényan), ne pas géolocaliser le site dans un pays anglophone majeur (le cas échéant, ne pas choisir un pays anglophone majeur comme cible via le compte Google/Bing webmaster si le site a un domaine générique tel que .com, .net, .org, et autres). 

Dans ces derniers cas où le site ne vise pas un marché national particulier, Google recommande de ne pas utiliser le ciblage géographique du compte webmaster. Sa communication à ce sujet n'est pas correcte et ce ciblage géographique peut être au contraire souvent indispensable en cas d'utilisation d'un domaine générique (.com, .net, .org., info, .travel, .asia, .eu, et autres).

En revanche, dans un projet international (multi-pays) unilingue à contenu unique pour les différents pays concernés, utiliser un seul site plutôt que plusieurs sites (ou plusieurs sous-domaines ou répertoires) spécifiques à chaque pays cible n'est nullement une erreur en soi. C'est simplement un choix d'opportunité, en fonction des ambitions du projet et du budget disponible. Il vaut souvent mieux en effet un site à contenu unique solidement référencé que de sites multiples qui ne seraient pas suffisamment entretenus sur le plan éditorial et en référencement.

© Willgoto, octobre 2015.

Voyez aussi
Le présent article fait partie d’une série qui comprend aussi:
-- Le référencement des sites multilingues et/ou internationaux
--
Le référencement des sites de voyage et de tourisme.


Liens

Pour retourner à la page précédente, cliquez ici
Retour à la page d'accueil Willgoto

Voyez aussi

International > Guide de Willgoto

Liens dans d'autres langues

    
(2)

PublicitéAjouter un lien - Rectifier un lien - Décharge de responsabilité -  Contactez-nous
Ajouter aux favoris -  Lien vers WillGoTo - Annuaire voyages

Copyright © 2021 WillGoTo. Tous droits réservés.

En matière de référencement et de veille concurrentielle, les webmasters cherchent souvent à connaître le ciblage géographique du site de leurs concurrents. Voici comment faire.